Les Alpes - juillet 2003 (Suite.. et fin)

(de Combloux à la Vallée de Névache)

 

Vendredi 11 juillet 2003.

 Nous partons vers 9H, ce matin au Col du Petit Saint-Bernard. Arrêt à l'Hospice qui n'ouvre que vers 10H, je fais une photo d'une statue du saint revêtu d'une parure très napoléonienne… Nous franchissons l'ancienne frontière et faisons demi-tour en Italie, après avoir pris une photo du versant sud du Mont Blanc. Les pistes de ski sont difficilement reconnaissables en été, mais il existe de nombreux chemins de petites randonnées, avec des plans explicatifs.

Toujours au Col du Petit Saint Bernard, nous visitons les ruines romaines d'une ensemble de constructions (des Gîtes d'étape de l'époque !) " L'Alpis Grala " sur la Voie des Gaules, qui ont été mises au jour par des archéologues anglais en 1837. Il existait même un petit temple carré (un fanum), entouré d'un portique et détruit en partie par la route du Col. Ce temple était peut-être dédié à Hercule Gralus dont il a été retrouvé une plaquette votive d'argent dans les lieux alentours.

L'Hospice du col du petit Saint-Bernard, vue du côté italien vers la France...

  

Nous sommes toujours au Col du Petit Saint-Bernard, en hiver, sur les pistes de ski de La Rosière.

L'Hospice se trouve derrière le personnage de la photo.

La chapelle Saint-Michel de Montvaleysan (commune de la station de ski de La Rosière) domine toute la vallée de l'Isère. 

En arrière plan se situe la station Sainte-Foy Tarentaise.

Nous sommes maintenant au Col de l'Iseran à 2 764 m d'altitude. Nous visitons la petite chapelle du Col où il ne fait pas très chaud.

Le Glacier de Pissaillasse semble réduire comme une peau de chagrin. Je me demande s'il est encore possible d'y faire du ski avec un été aussi chaud.

Nous ne restons pas très longtemps en cet endroit austère et reprenons la route vers 19H pour descendre sur Bonneval-sur-Arc .

En descendant le Col de l'Iseran vers le sud, nous pouvons admirer de magnifiques constructions représentatives de alpages de l'Arc.

Superbe vue sur le village de Bonneval-sur-Arc en descendant du Col de l'Iseran.

Les pistes de ski de la station et les trois énormes glaciers dominent la vallée ; il s'agit des glaciers du Grand Méan, du Moulinet et du glacier des Evettes.

Nombreuses photos tout au long de cette belle descente de 1 000 m de dénivelé.

Nous passons la nuit sur le parking à l'entrée de la station (nouveau village), là où se trouve la patinoire en hiver.

Nous avons parcouru ce jour 114 km.

  

Maisons restaurées de Bonneval-sur-Arc...

Samedi 12 Juillet 200

Il fait 12,9º C ce matin, nous sommes à 1 800 m d'alt. Nous sommes toujours à Bonneval-sur-Arc et envisageons d'aller au hameau de L'Ecot à pied. Nous laissons le Ccar sur la route de L'Ecot, sous le télésiège à proximité du village-station de Bonneval, et partons à pied en suivant la rive droite (Nord) de l'Arc.

Nous voyons de nombreuses voitures monter sur la rive opposée de l'Arc. En 45 mn nous arrivons au vieux village de l'Ecot qui semble se fondre dans le paysage minéral de cette haute vallée de l'Arc. De nombreuses maisons anciennes sont abandonnées, à l'état de ruines...

Nous sommes très contents d'avoir fait cette sorte de pèlerinage à pied, car nous avons effectué ce même parcours cela fait plus de 20 ans... et le hameau L'Ecot mérite largement une saine marche de 45 mn pour être pleinement admiré et compris.

Juste avant d'arriver à Bessans, une petite route nous conduit à Avérole, petit hameau à 2 000 m d'alt., point de départ des rando vers le refuge CAF d'Avérole à 2 210 m d'alt. Derrière le clocher de l'église d'Avérole, nous voyons le glacier de Bessanese dont le Mont culmine à 3 597 m d'alt.

La route est interdite pour accéder à ce village ; il faut donc marcher 2,5 km pour l'atteindre avec un faible dénivelé de 200 m. Nous partons dès 15H pour parcourir les 2,5 km jusqu'à Avérole que nous dépassons un peu pour voir le refuge qui se trouve à 45 mn de marche.

La chapelle de Vincendières, dédiée à Sainte Marie-Madeleine, avec un cadran solaire sur la face Sud. Elle se trouve sur la route piétonne juste avant Avérole.

 

Typique maison de la région d'Avérole, avec les tas de bois posés devant la façade ; ce sont des "fascines" ; ils contribuent ainsi à l'isolation thermique des murs.

Daniel BIS a la gentillesse de nous préciser que ces "fascines" empilées sur le balcon et sous l'avant-toit servent aussi de protection contre le souffle des avalanches qui descendent régulièrement sur le versant opposé de la montagne, faisant ainsi "écran" et empêchant l'avant-toit de la ferme d'être arraché chaque hiver.

L'explication lui a été donnée par l'occupant lui-même !
Merci.

Nous passons le Col du Mont-Cenis (2 083 m d'alt.) et nous dirigeons vers Plan des Fontainettes où se trouve une chapelle pyramidale avec une cloche sommitale. C'est la Chapelle ND de l'Assomption construite en 1968.

Nous avons parcouru ce jour 48 km et effectué 5H de marche.

 

Dimanche 13 juillet 2003

Nous avions mis le réveil, mais nous ne nous levons qu'à 8 H. Les jambes sont lourdes, lourdes...

Je fais une courte balade ce matin avant le petit déjeuner pour faire des photos du lac et de la chapelle.

Grand beau temps sur le lac, on voit toutes les montagnes alentour. C'est encore une chaude journée qui se prépare. Aujourd'hui le Tour de France passe le Col du Galibier, puis du Télégraphe et enfin celui de la Madeleine. Nous éviterons soigneusement le quartier...

L'intérieur de la chapelle, de forme pyramidale, est en béton brut de décoffrage.

Edelweiss dans la jardin alpin du Col du Mont-Cenis, au pied de la chapelle ND de l'Assomption.

Nous descendons ensuite vers Termignon. Dans le dernier lacet avant le village nous prenons route D126 à droite qui monte dans la Parc National de la Vanoise au parking terminal Bellecombe à 2 307 m d'altitude. Nous décidons, malgré ce grand jour de repos, de partir en balade à pied, juste une petite balade d'une heure max.

Nous partons sur le chemin du Lac Blanc pour bifurquer rapidement à notre droite sur la crête afin de voir les glaciers de la Vanoise. Nous atteignons l'arrête sommitale après 30 mn de montée. Nous longeons la crête jusqu'au Plan du Lac pour revenir ensuite au parking après ... 3H de marche ! Superbe balade entre 2 300 et 2 500 m d'alt. où nous sommes seuls sur cette crête, face aux glaciers de la Vanoise. Balade très solitaire, il est vrai que nous étions en dehors des chemins, ce qui est interdit dans les parcs nationaux...

Nous poursuivons notre route sur Modane (sans arrêt) et prenons juste avant St-Jean de Maurienne la route du Col du Galibier pour nous arrêter la nuit à Valloire.

Nous arrivons à 19H30 à Valloire, où le Tour de France est passé le jour même. Il y avait 14 km de bouchon pour ceux qui en descendaient.... Nous stationnons le long du torrent "Valloirette" (près du camping et de la borne " Flot Bleu "). Plein de Ccar sont venus ici pour voir le Tour de France, et passent la nuit comme nous, près du torrent. Le soir, vers 22H, nous allons assister au feu d'artifice du 14 juillet dans la station de Valloire.

Nous avons parcouru ce jour 107 km. Très belle journée ensoleillée et très chaude.

 

Lundi 14 juillet 2003

Nous n'avons plus d'eau dans le CCar mais nous décidons de quitter Valloire pour monter au Galibier à 2645 m d'alt. en espérant trouver une cascade ou une fontaine en cours de route.

Nous arrivons au col sans avoir vu la moindre trace d'une cascade ou d'une fontaine.

Le parking en haut est assez étroit, une vingtaine de voitures peuvent y stationner. Nous avons par chance une place et restons là pour déjeuner. Un tunnel à une voie passe maintenant sous le col du Galibier au niveau du monument Henri Desgranges.

Nous descendons au Col du Lautaret à 16H pour visiter "Le Jardin Botanique Alpin du Lautaret" (http://www.ujf-grenoble.fr/JAL/) qui, sur 2 hectares, présente 2 000 espèces de plantes venant du monde entier. L'entrée est de 4 , et le jardin est ouvert de 10H à 18H. Les 2 heures qui nous restent sont vraiment très juste pour tout voir. C'est superbe et mérite vraiment un plus longue visite. Nous retrouvons ainsi des fleurs vues en BC, aux USA et au Pérou. Il y a aussi des fleurs Arctiques et Islandaises !

Nous retournons au Ccar vers 18H30, il doit rester environ 150 CCar au col après le second passage du Tour de France. Nous sommes à 2 057 m d'alt. au Col du Lautaret, il fait 21º C à 19H30. Je vais à la fontaine d'eau potable remplir 2 bidons de 10 L pour avoir de l'eau ce soir. Les WC sont payants.

Nous avons parcouru 28 km ce jour

 

Mardi 15 juillet 2003

Il fait 13º C ce matin, cela me parait beaucoup à 2 057 m d'alt.. La Meije, juste en face de nous, est coiffée de gros nuages. 

Nous allons faire le plein d'eau à la fontaine si abondante, fraîche et potable du Col du Lautaret, et comme le temps semble vouloir se dégager, nous descendons vers La Grave afin d'aller à l'Oratoire du Chazelet y faire quelques photos.

La croix de bois devant ce paysage de montagne nous séduit. Nous petit-déjeunons ensuite au Chazelet avant de visiter le village.

Cela fait maintenant une bonne dizaine d'années que nous n'étions revenus dans ce village du Chazelet qui commence à changer, malheureusement pas dans le bon sens. Les constructions nouvelles sont anarchiques et sans caractère précis, les restaurations de chalets anciens sont mal faites et sans goût, quel gâchis !

 

Seuls perdurent, envers et contre tous, ces magnifiques "mazots", ou "greniers" comme ils sont appelés ici, tous de bois. Une bonne dizaine de mazots se dressent encore dans le village...

 

L'église est fermée, le four commun aussi. Peut-être est-il trop tôt, à 9H du matin ! Nous quittons Le Chazelet sans avoir pu trouver une petite chapelle indiquée sur le plan du village, c'est un comble...

Nous descendons sur Serre-Chevalier puis Briançon pour nous rendre directement dans la vallée de la Clarée, mais nous sommes stoppés net dans notre progression à l'entrée de Névache car la route est interdite aux Ccar de 9H à 18 H.

Pour monter et pénétrer plus loin dans la Haute Vallée de la Clarée, il faut prendre une "navette estivale" payante (1 pour la montée quel que soit l'arrêt, gratuit pour la descente) qui fonctionne du 12 juillet au 17 août 2003, de 9H à 18H30. Après 18H, nous pouvons monter dans la vallée mais les Ccar sont interdits de stationnement de 21H à 7H du matin ! Moralité, il faut monter vers 6H30 le matin pour arriver sur le parking le plus haut puis redescendre dans la vallée après 18H mais avant 21H !

Voici la célèbre Vallée de la Clarée, avec son village de Névache...

En fait nous n'avons pas compris que le parking Laval (tout en haut) n'est pas interdit aux Ccar, à condition d'y monter avant 9H ou après 18H. Un système informatisé de comptage des véhicules ferme la route à tout véhicule dès que les différents parkings sont saturés. Ainsi la route est coupée à Foncouverte lorsque le parking Laval est complet (100 places) ; la route est également coupée à Névache lorsque le parking de Foncouverte est complet (250 places). Le stationnement est strictement interdit sur les bas-côté de la route en dehors des parkings. Quand la saturation est atteinte, il faut monter en navette…

Nous avons donc stationné sur le grand parking de Névache (ville haute) près de l'Office de Tourisme dont l'hôtesse a un certain plaisir à vous agresser verbalement dès qu'elle sait que vous avez un CCar !

Après une courte sieste, nous partons en balade vers 15H30 pour les Chalets de Buffère (ainsi que le refuge du même nom à 2 080 m d'alt. par le GR 57 à partir de Névache), soit un dénivelé de 480 m environ.

Nous longeons la Clarée durant 2 km avant de monter à travers la forêt de mélèzes par un rude chemin, fort heureusement à l'ombre en cette fin d'après-midi. Nous faisons un détour pour voir les Chalets de Basse Gardiole et atteignons l'alpage et le refuge vers 17H30 soit 2 H de montée.

Nous dépassons le refuge pour aller voir un vieux chalet d'alpage ainsi qu'un oratoire. Nous buvons une 1664 au refuge avant de descendre.

Une grange en aval est très ancienne mais malheureusement très mal restaurée. Tout le toit côté Est est en tôle, alors que celui vers l'Ouest est en tavaillons de mélèze vieux d'un siècle. Nous redescendons rapidement dans la vallée.

 

Nous avons parcouru ce jour 93 km.

Mercredi 16 juillet 2003

Nous montons au parking du haut (Parking Laval, juste au-dessus du refuge du même nom) pour y stationner toute la journée .

Nous prenons notre petit déjeuner avant de partir en balade, sans casse-croûte, vers 9H30. En une heure de marche nous sommes au Pont de Pierre, à proximité du refuge des Drayères (2180 m d'alt.) ; nous avons longé la Pointe des Cerces et les Roches de Crépin.

Nous décidons de poursuivre notre route en remontant le ruisseau La Clarée, jusqu'au Lac Clarée, au pied de la pointe des Banchets. Le Lac Clarée (voir photo ci-contre) est d'un joli bleu turquoise, avec quelques névés qui viennent lécher ses berges.

Nous franchissons ensuite le Seuil des Rochilles pour atteindre les rives du Lac Rond à 2459 m d'alt., vers 11H30. Ce lac n'est pas à confondre avec le Lac Rond situé après le Lac Long en direction du Col des Muandes (2828 m d'alt.) sur le versant opposé de la Vallée de la Clarée.

Je trouve cette vallée de la Clarée, certes agréable pour les rando sauvages autour de tous ces lacs situés à 2500 m d'altitude, mais il manque la verdure, la fraîcheur, les glaciers de Savoie. Quand je pense à cette balade au-dessus du Lac de Roselend, la montagne était plus verte, plus haute, les paysages plus grandioses, et le Mont Blanc nous surveillait du haut de ses 4810 mètres.

Nous revenons au Ccar en suivant le chemin passant devant la petite chapelle St-Jacques, située sur un domaine privée, et sans caractère propre, et décidons de passer la nuit sur le parking Laval où nous sommes maintenant 8 Ccar.

Nous avons parcouru 12 km ce jour.

 

Jeudi 17 juillet 2003

Nous partons vers 8H20 pour randonner sur le versant Est de la Vallée de la Clarée en direction du Lac de Muandes (2580 m d'alt.) dominé par le col du même nom à 2828 m d'alt.

Nous longeons le Lac Long (2 387 m d'alt.) après 1H de montée ardue pour un dénivelé de 360 m, puis le Lac Rond (2 446 m d'alt.) que nous atteignons à travers un chaos rocheux.

Nous retrouvons le GR 57 après le Lac Rond pour suivre le "Ravin des Muandes" afin d'atteindre le Lac des Muandes (2 580 m d'alt.) vers 11H pour pique-niquer 50 m au-dessus du lac. Nous sommes ici à 2 630 m d'alt., soit un dénivelé total de 600 m en 2H40.

Fin de pique-nique et retour à 11H45, par le GR 57 qui passe le long du Lac Rond, mais évite la Lac Long et descend le long du torrent de Brune. Forte pente descendante au-dessus du refuge des Drayères, pour arriver au Ccar à 14H.

Nous prenons 30 mn de repos (au Ccar) avant de descendre en navette au hameau de Fontcouverte visiter la petite chapelle Sainte Marie ; descendons à Névache acheter du pain chez l'artisan boulanger, puis flânons au marché des saveurs dans la ville basse de Névache.

Nous dormons à Prampinet sur un parking de la rive droite de la Clarée, à côté du pont. C'est un petit hameau de la commune de Névache, où nous passons la nuit avec 5 autres Ccar.

Le four banal fume fortement : samedi on cuit le pain dans le village.

Nous avons parcouru 16 km en Ccar ce jour, et avons marché durant 5H.

Nous gardons de superbes souvenirs de cette Vallée de la Clarée, avec ses troupeaux de moutons si nombreux dans des pâtures parfois bien sèches.

Vendredi 18 juillet 2003

Après une brève visite de Briançon, nous reprenons le Col du Lautaret où nous déjeunons, après 46 km parcourus, face à ce merveilleux paysage de la Meije, près de la fontaine d'eau potable et glacée.

Vers 15H nous rentrons sur la région stéphanoise après avoir parcouru 286 km dans la journée et seulement 1250 km depuis le début de nos vacances dans les Alpes...

Nous avons été pleinement satisfaits de ces vacances au grand calme en montagne.

 

hh

Menu page d'accueil

Menu La France