lepuy
LE PUY-EN-VELAY

La Cathédrale Notre-Dame

 

  

Notre-Dame du Puy est bâtie sur l'emplacement d'un ancien sanctuaire. L'église primitive, qui correspond au chevet actuel, fut agrandie au 12 ème siècle, par l'adjonction de travées supplémentaires qui surplombent l'entrée de la Cathédrale.

Ainsi les deux dernières travées et le porche Ouest sont-ils pratiquement construits sur pilotis.

Ce large escalier donne accès à cette superbe façade romane, constituée de lave polychrome. De puissants piliers soutiennent l'édifice et forment trois portails.

A la suite des restaurations effectuées de 1994 à 1999, le visiteur pénètre maintenant dans la cathédrale par l'escalier central situé en-dessous de la cathédrale et débouchant en plein milieu de la nef, comme cela était au 12 ème siècle.

  

La nef centrale, vue vers le choeur,
offre une étrange décoration.

La voûte est composée d'une suite
de 6 coupoles qui couvrent la nef.

Ces coupoles octogonales rappellent l'influence Byzantine due aux Croisés.

  

Vue de la nef vers l'Ouest.

L'orgue a été déplacé lors de la dernière restauration et se trouve désormais dans l'avant dernière travée du fond de l'église.

Il se situait, auparavant, derrière l'autel du choeur.

  

La façade arrière de l'orgue.

  

La croisée du transept accueillait auparavant l'autel.

Tout près, dans la nef, débouche l'escalier venant de la façade Ouest.

Il permettait ainsi de dire qu'on
"entrait à Notre-Dame du Puy par le nombril,
et qu'on en sortait par les oreilles "
puisque l'on pouvait entrer
par-dessous la cathédrale et
en sortir par les portes du transept.

  

L'autel se trouve maintenant dans le choeur.

L'étrange atmosphère byzantine est apportée par ces veilleuses-encensoirs disposées en cercle autour de l'autel.

La Vierge Noire, qui aurait été offerte par Saint Louis à son retour de la croisade d'Egypte, fut détruite par un incendie. La statue qui se trouve actuellement sur l'autel n'en est qu'une "pâle" réplique.

  

Dans le bras gauche du transept (côté Nord), ce trouvent deux chapelles abritant des fresques romanes.

Ici les Saintes Femmes au tombeau...

  

... et dans l'autre chapelle le Martyre de Sainte Catherine d'Alexandrie.

Le cloître de la Cathédrale du Puy-en-Velay est un véritable chef d'oeuvre de l'architecture auvergnate romane (11 ème et 12 ème siècle).

Le cloître jouxte la cathédrale (côté Nord).

Il est remarquable par ses chapiteaux et la polychromie de ses arcades. C'était un cloître réservé aux chanoines séculiers de la cathédrale, qui formaient le conseil de l'évêque et célébraient l'office ("séculier" signifie qu'ils vivaient dans le "siècle", c'est-à-dire le monde des laïcs).

 

L'allure massive du cloître est due à la robustesse des colonnes qui supportent les voûtes d'arêtes des galeries.

Les arcades à double rouleau sont décorées de claveaux de grès blanc et de roche volcanique foncée. Elles sont surmontées d'une mosaïque polychrome de terre cuite.

 

Le cloître présente une unité architecturale assez étonnante, malgré l'importante restauration de l'architecte Mallay de 1842 à 1853.

Ce chapiteau, du 12 ème siècle,
représente l'abbé et l'abbesse se disputant le bâton.

 

Le Porche du For date de la fin du 12 ème siècle.

Le clocher de la Cathédrale, à droite, est tout accolé au chevet.

 

Notre-Dame du Puy était un des sanctuaires où les pèlerins de St-Jacques-de-Compostelle faisaient halte.

De nos jours, cette halte est toujours très prisée par de nombreux pèlerins.

Chaque matin, vers 7H, une bénédiction a lieu dans la cathédrale, à proximité de cette statue de bois pour les pèlerins en partance...

 

Pour quitter la Cathédrale, par l'escalier de la façade Ouest, c'est-à-dire par le "nombril", le pèlerin doit passer devant deux chapelles latérales, situées sous la cathédrale. 

Elles abritent des fresques byzantines :

ici La Vierge-Mère du 13 ème siècle...

  

... et là, La Transfiguration de Notre-Seigneur.

  

   

  

Le pèlerin découvre ensuite la rue des Tables,
au pied de la façade Ouest de la Cathédrale,
rue qu'il devra longer pour entreprendre
sa longue quête sur le chemin
de St-Jacques-de-Compostelle...

   

Retour à la page Menu de l'Art Roman en Haute Loire

 

Retour à la page d'accueil

 

Retour au menu La France