Iceland Islande camping-car

ICELAND - ISLANDE JUILLET 2009

Terre d'émotions -2/3

 

 

vendredi 17 juillet 2009


Nous quittons Kalfshamarsvik pour reprendre la R745 vers le sud, mais nous sommes bloqués 6 km au sud par les travaux.
Nous suivons la piste sur 25 km pour repasser à Skagastrond, puis Blönduos (point 18 sur la carte) où nous visitons la nouvelle église achevée en 1993.

La face nord est complètement fermée. La face sud présente de grandes verrières de lumière et du béton brute rappelant magnifiquement les orgues de basalte noir de la presqu’île du Skagastrandarfjord et de Kalfshamarsvik.

La clocher est très symbolique puisque c’est un rectangle vide dans un mur de béton. C’est superbe !

L’intérieur a presque une forme d’escargot et est très lumineux. L’architecte est un « fermier » de la région.

  Blönduos

 

Nous prenons ensuite la R1 vers le sud, puis à droite la R721 (piste sur 6 km) pour nous arrêter à Pingeyrar. C’est une église de pierre de basalte, toute noire, sur une colline qui domine deux lacs. C’est là que fut édifié un monastère de bénédictine au 12ème siècle, à la demande de Jon Ögmundarson, évêque de Holar, en 1112. L’architecture de l’édifice construit en 1870 n’a rien d’extraordinaire. Mais l’église renferme de belles pièces, un triptyque du 15ème siècle danois, des fonds baptismaux, ainsi qu’un très originale galerie d’apôtres à la tribune, d’origine allemande.

 

Pingeyrar   Pingeyrar

 

Vesturhonsvatn
 

Nous allons ensuite, par la R1 puis R717 (piste sur 12 km) à Vesturhonsvatn.

Ce serait là une forteresse viking dans un prestigieux site d’orgues basaltiques.

Belle vue d’en haut des « remparts » (voir photo ci-dessous).

 

Vue de Vesturhonsvatn

 

Hvannstangi

 

Nous reprenons la R1 puis à droite plus au sud la R72 goudronnée pour aller jusqu’au port de Hvannstangi (au nord du point 19 sur la carte). C’est un port de pêche qui s’est reconverti dans les crevettes et les molusques.

Nous achetons au supermarché Kaupfélag deux kg de crevettes (4 x 500 g) congelées à 339 ISK les 500 g, ce qui ne fait que environ 4 € le kg, cela ne paraît pas cher. C’est un vrai régal !

Nous avons parcouru ce jour 145 km par beau temps.


Samedi 18 juillet 2009


Avons passé la nuit à Hvannstangi ; les mouettes rieuses (mouette à tête noire) se sont marré toute la nuit !

 

Nous reprenons la R1 vers le sud pour nous arrêter au Musée sur la pêche aux requins à Reykir. Il y a dedans un barque de pêche et aussi des intérieurs de ferme, c’est un petit musée intéressant, mais mal indiqué pour y aller.

 
Musée de Reykir

 

Nous suivons toujours le R1 vers le sud et nous arrêtons à un volcan de 176 m d'altitude, qui s’appelle Grabrock ; l'ascension de ce "jeune" cratère de 3 000 ans offre de belles vues. Ce cratère n’est pas indiqué dans les guides. Nous reprenons la route R1, puis la R50 vers Reyholt.

 

Grabrock

 

Snorri’s bath à Reyholt  

Nous passons devant les sources chaudes de Deildartunguhver qui alimentent au sud les villes de Akranes et Borgarnes à 60 km de là en ne perdant que 20°C de température. L’eau sort à 100°C de terre et est acheminée par pipeline d’amiante et ciment. Beaucoup de serres alentour où se vendent tomates, concombres et poivrons.

Nous repartons pour Reyholt (point 20 sur la carte) à 10 km de là, visiter le musée sur Snori Turluson (écrivain de la 1ère saga Islandaise, poète et philosophe), la vie en Islande au Moyen-Age d’après ses écrits, et les sagas islandaises.

Nous allons ensuite visiter l’ancienne église du 19ème siècle qui n’a aucun charme particulier, et la piscine ronde d’eau chaude s’appelle Snorri’s bath .

L'église moderne avec des vitraux gris peu colorés. Deux grands chandeliers ronds pendent de la voute dans la nef. Un triptyque de l’époque catholique est dans une chapelle. Belle orgue, du 16ème siècle, mais monté de manière moderne trône dans la tribune. Il y a aussi 2 pianos à queue dans cette église.

 

Nous repartons vers 17h pour aller dans la presqu’île Vesturland. Passons par Borgarnes, ville sans aucun charmes, sans port, sans bateau. Cette portion de route R54 est sans intérêt, nous traversons des landes monotones.
Poursuivons la route R54 jusqu’à Stykkishomur (point 21 sur la carte ) où nous allons passer la nuit dans le charmant port. Balade après le diner sur le piton volcanique qui domine le port (photo ci-dessous) et est surmonté d’un phare. J’envoie quelques mails le soir car nous avons la wifi dans le Ccar stationné dans le port.

Nous avons parcouru ce jour 279 km.

Port de Stykkishomur

 

Port de Stykkishomur

 

Dimanche 19 juillet 2009

Ce matin balade à pied dans la ville de Stykkishomur, voir quelques maisons dites "vieilles", et visiter l'église moderne qui domine la ville.

Nous reprenons la route R58 pour nous arrêter rapidement à la petite église de Helgafell, adossée à son piton rocheux près d’une ferme. L’église est fermé, et le parking est « no overnight parking », c’est la seconde fois que nous voyons le panneau en Islande.

  Stykkishomur

 

 

Requin et pain noir  à la ferme Bjarnarhöfn  

Nous suivons la R58 vers l’ouest la presqu’île Snaefells, pour nous arrêter à la ferme Bjarnarhöfn qui tient un petit musée local et fait goûter du requin de Groenland putride qui séjour 5 semaines dans des caisses après découpe puis de 6 à 12 mois séché à l’air libre.

J’en mange un petit morceau pour voir, au début ça se passe bien, puis un goût très fort apparaît en fond de bouche. Ce n’est pas un goût de fumé mais plutôt de pourriture… C’est dégeulasse ! Je recrache ce qu’il reste de la bouchée dans une poubelle. La fermière m’observe discrètement et je lui dis que c’est trop fort pour moi. Elle nous fait goûter du poisson séché cru (colin), c’est comestible, et bien meilleurs que le requin…

Puis la fermière me propose de goûter encore au requin, mais en mangeant en même temps un morceau de pain cuit dans la terre, et là, c’est un peu plus acceptable.
Mais quand même, je n’en raffole pas mais je note sur le guest book de la ferme : « I tasted Shark ; yes I did it ! ».

 

Séchage du requin...

Sèchage de requin à la Ferme Bjarnarhöfn  
Requin séché à la ferme Bjarnarhöfn

 

Le requin est ainsi préparé en Islande car ce type de requin du Goenland n’est pas comestible. En effet il contient un taux trop important d’urée (c’est pour lui un système de défense dans les eaux froides du Groenland) et de ce fait est impropre à la consommation. Ce qui est étonnant c’est que les Islandais le mange comme cela depuis des siècles, comme s'ils savaient depuis l’ancien temps que ce mode de conservation du requin le rendait comestible… Mais c’est quand même pas terrible et il faut être Islandais pour aimer ça.

Les islandais en mangent surtout en janvier février en toast, et comme la pêche a lieu en hiver, cela signifie que le requin sèche durant 12 mois. Nous quittons les lieux vers 12h15, j’ai une drôle d’odeur dans la bouche...

Nous poursuivons la route 54 à l’ouest vers Olafsvik et nous arrêtons au port de Grundarfjördur (point 22 sur la carte) puis nous visitons l’église moderne de Olafsvik, avec une chaire peinte de 1710. Visite également à côté d’un magasin d’artisanat local.


Nous repartons vers Rif (important port de pêche moderne ; point 23 sur la carte) puis Hellissandur, petit village sans caractère particulier avec un camping gratuit, mais non accessible en Ccar. Nous nous arrêtons à Gufudkalar voir un site viking où ces derniers devaient vivre au bord de la mer, mais ce n’est pas flagrant à comprendre…

 

Skardsvik  


Nous poursuivons notre course jusqu’à l’embranchement de la piste vers le phare de Öndver arnes (point 24 sur la carte).

Cette piste est goudronnée sur 1 km et nous nous arrêtons à un lieu dit appelé Skardsvik où il y a une plage de sable fin blanc, la lave s’est arrêté juste avant. Nous allons passer la nuit ici, face au volcan Snaefellsjökull qui trône à 1446 m d’altitude.


Beau coucher de soleil ce soir sur la mer. Nous avons parcouru ce jour 101 km .

     

 

Lundi 20 juillet 2009


Le volcan Snaefellsjökull est magnifique ce matin, vu de Skardsvik. C’est dans ce volcan que Jules Vernes choisi de faire entrer ses héros de son roman « Voyage au centre de la terre » imitant en cela le poète Islandais…
Nous allons voir la phare de Ondverdarnes par un chemin côtier à 3 km de l'endroit où nous avons dormi. Mais le chemin n’existe pas et nous suivons la piste pour arriver au phare de Svörtuloft, assez haut et toujours orange au-dessus des falaises avec de nombreux oiseaux dont des noirs et blancs que nous n’avons jamais vus.

 
Le volcan Snaefellsjökull

 

Plage de Beruvikurhraum  

Au cours de cette journée nous faisons de nombreux arrêts.

Tout d’abord arrêt à Beruvikurhraum faire une balade le long de la plage noir sur laquelle a échoué le chalutier anglais Epine, le 13 mars 1948. Les restes du navire sont sur la plage, tels un témoignage. Puis nous longeons la falaise à pied pour aller jusqu’à la plage de Drtvik.C'est un ancien port de pêche viking.

Second arrêt à Malarrit, non pour voir le phare, mais la falaise nommée Londrangar.

 

Troisième arrêt à Hellnar voir la petite église blanche en cours de restauration et sans grand intérêt.

Quatrième arrêt à Arnarstapi avec son joli petit port de pêche et juste à côté sa falaise à oiseaux (photo). Nous terminons par un court arrêt à la petite église en bois Budir, elle est toute noir avec les huisserie blanche, mais elle est fermée à clef.


Ensuite nous rendrons dare-dare à Borgarnes faire les courses au magasin Samkaup. Les radis viennent de Hollande, les carottes nouvelles sous vide des USA, les bananes du Brésil, des oignons rouge d’Egypte, des fromages de France et d’Italie, des pommes de terre, les poivrons, les concombres et les tomates d’Islande, les épis de maïs cuits sous vide d’Espagne, et les poires au sirop de Chine.

Je crois avoir acheté des calamars à la romaine dans le congélateur du rayon poisson, mais ce sont en fait des oignons panés ! Pas si mauvais mais quand même surprenant.
Nous avons parcouru 173 km ce jour en Ccar.

 
Port de Arnarstapi

 

Eglise de Saurbaer
 

Mardi 21 juillet 2009

Nous partons pour Akranes (point 26 sur la carte) où il n’y a rien à voir si ce n’est le bout de la presqu’île avec ses 2 phares, un monument en forme de proue de navire très stylée. Nous repartons via la R47 qui fait le tour du Hvalfjoödur, sans prendre le tunnel.

Cela fait environ 40 km de plus mais nous sommes venus en Islande pour voir les paysages et non les tunnels. Nous faisons halte à Saurbaer visiter une église récente dont l’architecte est celui de la cathédrale de Reykjavik.

De l’extérieur on croirait une église en bois alors qu’elle est toute en béton à l’intérieur. Toujours un piano ¼ de queue, les vitraux sont assez jolis et l’orgue se situe au fond de l’église sur le sol.


 

Nous reprenons la R47 et je m’arrête près d’un parc à moutons qui sert à les trier.

C’est rond avec une cours au milieu et les moutons sont parqués dans les parts de gâteau.

Je monte un peu sur la montagne pour voir la construction d'en haut.

 

 

 

Restaurant Perlan

 

De nouveau sur le R47 nous nous arrêtons vers le fond du fjord voir une hypothétique cascade (point 27 sur la carte), mais sans aller plus loin sur ce bout de route, qui était pourtant la bonne voie pour aller voir la cascade de Glymur, la plus haute de Islande. Raté ! tant pis… rien n’était signalé.


Nous déjeunons rapidement de l’autre côté du fjord pour arriver à Reykjavik en début d'après-midi.

Nous visitons le restaurant Perlan d’où l’on a une belle vue sur Reykjavik (point 28 sur la carte) du haut des réservoirs. Mais on comprend là que ce n’est pas une ville très extraordinaire à visiter.

 

Nous allons immédiatement visiter la cathédrale Hallgerimskirkja qui n’est pas un canon de beauté, loin s’en faut. Que du béton ! Le clocher est en réfection. Seul l’orgue paraît à la mesure de la capitale.

Puis nous descendons dans le port, certes industriel mais je m’attendais à voir plein de containers sur les quais. Il n’en est rien ! C’est avant tout un port de pêche, et pas si chouette que ça.

Nous stationnons près du centre ville pour faire du shopping dans la rue Laugavegur. Nous dînons d’un Fish & Chips islandais dans le bâtiment de l'Alliance française et allons dormir au bout du port, face à la baie de Reykjavik, sur le parking d’une usine.

Nous avons parcouru 176 km ce jour.

 

Cathédrale Hallgerimskirkja

 

Mercredi 22 juillet 2009

Nous stationnons près de la National Gallery of Iceland, rue Frikirkjuvegur, le long du lac Tjörnin.

Lac Tjörnin à Reykjavik

 

National Museum of Iceland
 

 

Nous allons nous faire rembourser un crédit de TVA et j'en profite pour lire mes mails à l’OT, puis allons au National Museum of Iceland (l’entrée est gratuite le mercredi).

C’est un musée très riche, où les objets sont très bien présentés et mis en valeur. Beaucoup d’objets de l’époque Viking jusqu’au 18ème siècle. De belles boiseries et objets de la vie quotidienne.

 

National Museum of Iceland
 
National Museum of Iceland

 

Nous quittons Reykjavik en début d'après-midi pour la pointe de la presqu’île, vers l’Ouest. Nous suivons la route 40 ou R41, puis la R420.

Nous suivons la côte jusqu’à Gardur (église peu intéressante). Dans ce village beaucoup de jeunes sont occupés à faire des travaux d’interêt collectif (peinture des passages piétons, tondeuses jardin publics, peinture barrière). Je ne sais pas s’ils sont payés pour faire ce job d’été. Nous allons au phare Gar Skagi à la pointe de la presqu’île (point 29 sur la carte), entouré d’un camping gratuit avec WC, eau chaude, vidange Ccar.

Puis nous poursuivons la visite par la côte ouest vers le sud. Arrêt au port de Sandgerdi où je veux acehter du poisson frais.J'en repare avec 5 ou 6 kg de poisson (2 cabillauds) que je mets dans le réfrigérateur et qu'un pêcheur n'a jamais voulu me faire payer, il voulait même me donner un cabillau de plus ! Merci brave islandais de m’avoir donner tes poissons que je voulais acheter, cela me rappelle l’Ecosse… Les gens sont aussi gentils, agréables, accueillants, affables.

 

Nous repartons suivre la côte qui est très monotone depuis que nous sommes partis de Reykjavik.

Nous descendons par Hafnir puis ne nous arrêtons pas au phare de Valahnkur, au sud de la péninsule. Il y a par contre des usine hydro-électrique qui produire de l’énergie électrique à partir de l’eau chaude. Nous suivons la route jusqu’à Grindavik (point 32 sur la carte) où nous arrivons vers 17h45, le musée des poissons salés ferme à 18h. Trop tard !

Nous reprenons la route pour aller à Blue Lagoon, à 5km au nord. Toutes les routes jusqu’ici sont goudronnées malgré les indications de notre carte qui a été imprimée en 2006. Beaucoup de routes sont maintenant goudronnées autour de Reykjavik. Il faut favoriser le tourisme…

 
Valahnkur

 

Voici Blue Lagoon...

Blue Lagoon

 

Blue Lagoon
 

Blue Lagoon nous apparaît comme un grand piège à touristes. Le prix d’entrée est de 23 € alors que nous n'avons payé à Myvatn que 11 € (du simple au double) !

Ici les prix ne sont pas affichés en ISK, mais en €, cela veut tout dire...

La société qui exploite les bains est « Blue Diamond », une société qui semble spécialisée dans le commerce pour tourisme…

C’est cher et comme il est déjà 19h, je dois préparer les 2 cabillauds...

Nous avons parcouru ce jour 142 km.

 


Jeudi 23 juillet 2009


Nous partons vers 8h30 pour repasser à Grindavik et suivons la R427 qui est goudronnée sur plusieurs km le long de la côte. Paysages désertiques et sévères, c’est triste, mais pas monotone comme sur la presqu’île du Snaefellsne.

Puis 15 km de piste. Nous nous arrêtons à une petite chapelle qui s’appelle KRYSUVIKURKIRKJA (église de Krysuvik), il n’y a pas une habitation toute autour à 5 km à la ronde, et elle est squattée par 2 jeunes campeurs qui ont passé la nuit dedans et qui ne nous ont pas vu arriver.

Ils sont très surpris de nous voir débarquer dans leur intimité alors que tout leur materiel est étalé partout : duvet, réchaud, etc. Apparemment ils viennent de se lever !
Une bonne rigolade entre nous quatre.

 
Petite chapelle de KRYSUVIKURKIRKJA

 

Les solfatares Seltun
 

Nous suivons ensuite la R428 pour longer la lac Kleifarvatn. Nous nous arrêtons juste avant pout visiter les solfatares Seltun, assez bruyantes, soufflantes et odorantes.

C’est beaucoup plus sauvage que celles que l’on a vu près de Myvatn. Et il n’a pas beaucoup de touristes. La piste le long du lac est belle à suivre, c’est très sauvage.

Nous suivons ensuite la R417 en mauvais état. Quelle piste ! on dirait que l’on va se désintégrer… puis nous retrouvons enfin la R1 pour arriver à la ville de Hveragerdi, on dirait un oasis de verdure dans un champs de lave.

Nous venons de nous taper environ 50 km de pistes dont certaines étaient dégueu... du 20 km/h, avec parfois des pointes à 70 km/h.

 

Dans Hveragerdi (point 33 sur la carte), nous allons à la piscine géo-thermique, avec son bassin de 50 m, un petit bassin à 38°C, et un autre bassin de 40°C. Nous y allons dès 13h30 jusqu’à 15h. Pas beaucoup de monde, que des islandais, nous sommes les seuls touristes étrangers. Belle salle de musculation avec plein d’outils de torture… Il fait soleil, mais du vent, résultat : 11°C !
L’eau du grand bassin doit être 32°C. Les gradins sont engazonnés.

 

Avant Selfoss, nous prenons à gauche vers le nord la R35 puis R36 qui longe le lac Pingvallavatn. C’est le plus grand lac Islandais. Nous allons visiter le site historique de Pingvellir, situé dans le Aingvellir National Park.

C’est ici que la parlement se réunissait de 930 à 1264 pour décider des loi et rendre justice. Le Diseur de Loi (désigné pour 3 ans) récitaient les lois sur le rocher de la Loi.

Ce site est a cheval sur 2 plaques continentales, sur une très belle faille qui s’est agrandi de 70 m depuis 10 000 ans. L’écartement moyen des 2 plaques serait de 5 mm par an. Nous faisons une balade à pied le long de la faille, à partir de la cascade Oxarafoss, sur un trottoir de bois.


 
Pingvellir


Nous nous installons pour la nuit sur un parking sur la rive nord du lac Pingvallavatn. Belle vue sur le lac. Il fait beau mais beaucoup de vent, il fait 9,5°C à 19h30.
Ce jour nous avons parcouru 173 km, dont 50 km de piste.

Pingvallavatn

 

Vendredi 24 juillet 2009


Nous montons vers le nord par la R37 vers Laugarvatn, puis Haukadalur. Nous passons devant Geysir sans nous arrêter pour aller directement à Gullfoss (Gold Falls - Chutes d’Or) où nous passons 2 h à nous promener autour des chutes (point 35 sur la carte). Très belles chutes grandioses (une de 11 m et l’autre de 22 m). Nous stationnons sur le parking du haut près de la boutique des vendeurs du temple. Sur le parking du bas sont stationnés 5 bus de TJ.

Nous regardons les chutes par le chemin du haut, puis descendons par les escaliers de bois pour aller voir les chutes de plus près, nous profitons ainsi pleinement du panorama. Beaucoup de spray à ce niveau vers la seconde chute (la plus basse). Nous profitons pleinement de ce site grandiose malgré le nombre important de touristes.

Gullfoss

 
Gullfoss

 

Au Nord-Ouest de Gullfoss, on voit le grand glacier Langjökull ...

Langjökull

 

Nous revenons ensuite à Geysir (point 34 sur la carte), où nous déjeunons sur le parking en regardant les différents expulsions d’eau et de vapeur, toutes les 4 à 7 mn.
Nous visitons le site qui ressemble un peu à des solfatares. Nombreuses photos de Geysir mort et surtout de Strokkur en activité. Il ne fait pas de bruit quand il expulse l’eau et la vapeur. C’est très étonnant car l’eau est toujours mouvante à l’intérieur de son « cratère ». Et puis d’un seul coup, très rapidement et sans crier gare, il fait une grosse bulle d’eau et pschitt ! C’est parti en l’air en un 1/10ème de seconde. Le jet est très court, maxi une seconde, puis seule la vapeur reste. C’est très surprenant.

Nous allons également faire un tour chez les marchands du temple car ici nous sommes vraiment au centre du temple du tourisme islandais. Tous les magasins sont au même prix en Islande. Que vous achetiez une veste 66° North à Reykjavik ou à Gulfoss, c’est toujours le même prix

Strokkur à Geysir
 

Strokkur à Geysir

 

Nous repartons vers le sud par la R35, puis la R31 vers Laugaras. Arrêt à Skalholt qui était un grand évèché, un grand centre religieux et politique du 12ème siècle à la fin 18ème siècle. Les églises furent détruites périodiquement soit par le feux,soit les tempètes ou des tremblement de terre. Celle qui se dresse aujourd’hui date de 1906.

Par la R32 que nous suivons jusqu’au bout involontairement. Nous voulions voir des chutes nommées Tangafoss au bout du lac Sultartangalon mais celles-ci ont été transformées en centrale hydraulique avec des travaux titanesques. Un énorme canal a été creusé dans la lave, très droit, pour évacuer les flots après son turbinage.

 

Nous nous arrêtons à Hjalparfoss (point 37 sur la carte), une double chute très gentille, constitué de roches basaltiques.

Petite balade en haut de la cascade en montant dans une pente raide de lave, nous préférons redescendre par la piste avec laquelle nous sommes arrivés.

 
Hjalparfoss

 

 

Musée de Pjodveldisbaer
 

Nous faisons demi-tour et retournons vers le petit musée de Pjodveldisbaer où est reconstituée une ferme viking du 11ème siècle.

Nous visitons tardivement le site de l’extérieur, la ferme n’a pas de fenêtre, mais un grenier, beau comme tout, séparé de bâti principal.
Nous décidons de passer la nuit sur le parking du musée.

Nous avons parcouru ce jour 233 km.

 

Samedi 25 juillet 2009

A Hvolsvöllur (point 39 sur la carte), nous demandons à l’OT comment aller à Porsmörk en bus. Un bus passe 2 fois par jour, soit dans ce village à Hvolsvöllur, soit sur la parking de Seljalandsfoss, à 11h tous les matins, arrivée à Porsmörk à 12h, retour du bus à 16h, arrivée à 17h, nous décidons donc de faire la balade dimanche à Porsmörk.

Pour l'heure, nous allons visiter Seljalandsfoss. C’est une superbe chute de 50 m de haut environ, la falaise est naturellement creusée de telle sorte qu’un chemin permet aux visiteurs de passer derrière la chute d’eau, moyennant un douche fraiche et abondante.

C’est très impressionnant avec toute cette quantité d’eau !

Belle balade durant 1h30 aussi en allant voir les 3 autres cascades devant le camping adjacent au parking.

 
Seljalandsfoss

 

Seljalandsfoss

 

 
Skogafoss

Puis nous partons pour Skogar voir Skogafoss. Impressionnante chute encore, et même plus. Quel spray ! J’essaie de m’approcher au plus près de la chute mais dois y renoncer à cause de toute cette eau. Superbe arc en ciel près du sol. Après cette première approche plutôt humide, nous suivons le chemin grimpant à droite de la cascade Skogafoss avec environ 360 marches de fer.

Nous poursuivons la balade au-dessus de la cascade par 1h30 de marche sur le chemin longeant le torrent. Nous approchons ainsi de magnifiques autres cascades au nombre de 6. Vers 17h, nous décidons de revenir sur nos pas, pour rentrer au Ccar vers 18h10.

 

 

Skogafoss  
Cascade au-dessus de Skogafoss


Nous ne restons pas stationné au camping au pied de la cascade, payant et cher (800 ISK par personne et douche à 200 ISK). C’est la première fois que nous voyons des douches payantes dans un camping islandais. Nous allons sur le parking du musée, c’est gratuit et en plus on a la wifi !

Nous avons parcouru ce jour 144 km

 

   
Page suivante...

 

Islande 1
Islande 3
Renseignements Pratiques

 

Retour page d'accueil